Les enjeux de la croissance externe

Introduction :

A l’aube de cette année 2022, où de nombreux enjeux cruciaux pour votre entreprise vont s’intensifier (réglementation, concentration du secteur, une baisse des marges ainsi que la suppression du 3ème usage de courtage), sans oublier la concurrence présente sur internet qui se fait toujours plus présente, nous vous proposons des solutions afin de renforcer votre développement et de structurer votre entreprise.

Aujourd’hui lorsqu’une entreprise souhaite se développer deux choix se présentent à elle, d’un côté la croissance organique et de l’autre, la croissance externe. C’est sur ce deuxième choix que porte cet article.

Décomposition du tissu d’entreprises en France :

Catégories d’entreprisesNombre d’entreprises
Grande Entreprises257
ETI5 722
PME147 767
MIC3 701 363

Le tissu des entreprises en France est atomisé et très concurrentiel. Cela favorise les rapprochements stratégiques entre les entreprises, autrement dit avoir recours au principe de la croissance externe. Découvrons pourquoi. 

Avantages :

La croissance externe est un levier de développement pertinent pour les PME qui souhaitent s’ancrer sur leur marché de manière durable tout en faisant face à la concurrence de sociétés ou de groupes plus structurés, possédant une capacité financière plus importante ou à des acteurs à la pointe de la technologie ou de la digitalisation par exemple.

En effet la croissance externe est une stratégie permettant d’accélérer la croissance de son activité et de solidifier sa position en augmentant ses parts de marché principalement. Ce processus permet également la création de synergies à différents niveaux entre les sociétés. Pour exemples, nous pouvons citer la mutualisation des forces de ventes, des opérations commerciales ou encore de certains coûts fixes. Il s’agit aussi d’une opportunité de diversifier et d’élargir son spectre d’activités proposées en développant des activités annexes ou connexes et de cibler plus de clients ayant un profil similaire ou différent. De plus, c’est aussi le moyen d’asseoir sa légitimité auprès des banques et des partenaires financiers.

Enfin, au-delà des aspects énoncés précédemment, la croissance externe est un véritable levier permettant aux entreprises dotées du savoir-faire d’accroître leur visibilité et se faire connaître davantage sur leur(s) marché(s).

Cette association d’entités au savoir-faire distinct se fonde sur le principe de l’avantage comparatif.

« Une société souhaitant développer une nouvelle spécialité a tout intérêt à effectuer de la croissance externe plutôt que de la création pure. En effet ce mécanisme a un nom, c’est le principe de l’avantage comparatif ». (Source interne)

Point de vigilance :

Lorsque qu’une entreprise a recours à de la croissance externe, des paramètres cruciaux sont à prendre en considération pour optimiser la réalisation de l’opération. Nous pouvons citer quelques paramètres :

  • Le principe de l’intégration post-cession est l’un des éléments majeurs pour le bon fonctionnement de la structure globale ainsi que pour la pérennité de celle-ci. La prise en compte du facteur « intégration » doit se comprendre à tout niveau qu’il soit humain, financier, opérationnel, informatique, etc. ;
  • En amont de l’opération, des paramètres doivent être étudiés et un audit réalisé afin de vérifier si le projet et les ambitions de la structure nouvelle sont compatibles ;
  • Afin de réaliser la bonne opération, des cabinets spécialisés en fusions et acquisitions permettent d’apporter leurs expériences et leurs expertises pour que le processus se déroule de la manière la plus efficiente possible.

Conclusion :

En partant du constat que les PME sont nombreuses en France et que leur proportion est 25 fois plus importante que les ETI, La croissance externe est une solution pour les entreprises qui souhaitent se développer rapidement tout en étendant leurs domaines d’activités et leurs champs opérationnels.

Au-delà du simple fait d’acheter un portefeuille ou une structure, la croissance externe doit-être étudiée, afin d’optimiser au mieux celle-ci. De plus, des études et des évaluations sont à effectuer en amont afin de constater si une acquisition peut générer un impact positif auquel cas une étude approfondie doit être réalisée afin de savoir de quelle manière cette ressource peut être maximisée ; Dans le cas contraire, si elle tend à avoir un impact négatif, l’opération doit être abandonné ou revisité.

Pour répondre à ces différentes problématiques, les cabinets de fusions et acquisitions sont les partenaires privilégiés ces transactions. Certains sont généralistes et opèrent sur tous les secteurs d’activités comme Pyxis Corporate, et d’autres sont spécialisés comme Triactis Fusac (courtage en assurance et gestion de patrimoine) et ADB Associés (Immobilier).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *